Logo du site

Article publié le 17 février 2017.

Bruno Parent à Toulouse et les silences d’Ulysse !!!

« Cette visite s’est terminée par une rencontre avec les représentants des organisations syndicales de la Haute Garonne et de la région Occitanie ». Ainsi se conclut l’information publiée sur Ulysse, le site de l’administration, suite à la visite de Bruno Parent, directeur général (DG) de la direction générale des finances publiques (DGFIP) à Toulouse, le 9 février.

Comme dans le monde des bisounours, tout est donc parfait, la DGFIP est une grande famille dans laquelle rencontres, visites et échanges sont fructueux et enrichissants, pour le plus grand bonheur de tous !
Mais ce que ne dit pas Ulysse, ce sont les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette visite dans la ville rose, comme sans doute ailleurs, à chaque fois que le DG se déplace dans les services.

Car s’il a visité certains de ces services, en fonctions de critères ,bien particuliers sans doute, mais qui n’en doutons pas échappent au commun des agents, rien n’est dit sur l’accueil que lui ont réservé les agents.

Ce sont près de 300 d’entre eux, répondant à un appel à la grève de la CGT Haute Garonne, et épaulés par de nombreux militants des autres départements de la région qui sont venus lui demander des comptes, lui rappeler la réalité « vraie » du terrain et l’état dans lequel les perpétuelles réformes et la politique de la direction générale ont plongé leur administration : au bord du gouffre, proche de l’explosion finale, avec des personnels qui n’en peuvent plus. Usagers, contribuables perdus et déboussolés, telles sont également les conséquences de la « modernisation » qui éloigne de plus en plus l’administration de ses administrés et augmente la fracture sociale. Et les réformes encore en cours et à venir ne lassent pas , en la matière d’inquiéter ceux qui sont en contact, au quotidien avec la population....

Voilà ce qui a été caché sur Ulysse, lors de cette visite à Toulouse ;
Et même la presse locale n’a pas pu en faire écho, puisqu’elle a été chassée du lieu par de zélés spadassins locaux : pas de vague, tout va bien !

Retour en haut