• Accueil
  • Actu
  • Hausse des tarifs d’électricité : (...)

Hausse des tarifs d’électricité : une décision gouvernementale

Bruno Le Maire, a annoncé dimanche 21 janvier que les prix de l’électricité augmenteraient bien d’environ 10% à partir du 1e février 2024, Alors que les travailleuses et les travailleurs ont considérablement perdu en pouvoir d’achat depuis le début de la crise inflationniste, et qu’une personne sur cinq se trouve actuellement en situation de précarité énergétique.

Deux types de prix peuvent être distingués sur le marché européen de l’électricité. Les prix de gros,
qui sont payés par les fournisseurs d’électricité aux producteurs, et les prix de détail, qui sont ceux
payés par les consommateurs finaux d’électricité, à savoir les ménages et les entreprises.
Ils sont fixés par le principe de la dernière centrale appelée, en d’autres termes par la dernière centrale électrique nécessaire pour répondre à la demande en électricité. Concrètement, on additionne les capacités de production électrique disponibles, en allant des centrales qui ont les coûts de production les plus faibles (renouvelables et nucléaires) vers les centrales dont les coûts sont les plus élevés (charbon et gaz).
L’énergie nucléaire représente une part importante de la production française d’électricité, avec plus de 60% en 2023 ; mais le fonctionnement du marché européen de l’électricité impose aux producteurs d’énergie nucléaire de s’aligner sur les prix des centrales les plus chères .

Les ménages français subissent une double injustice : un prix trop élevé de l’électricité qui est la
conséquence du fonctionnement du marché européen de l’électricité ; une hausse des taxes qui vise
à faire payer par les ménages le coût du bouclier tarifaire.

Les repères revendicatifs CGT :

➢ La politique énergétique doit garantir à toutes et tous un droit à l’accès aux besoins fondamentaux.
L’énergie étant un produit de première nécessité, son accès doit être garanti sur l’ensemble du
territoire pour répondre aux besoins des populations et de la production, les tarifs doivent être
adaptés aux moyens des usager∙es et un accès minimum doit être garanti et financé par la
solidarité.
➢ La mise en place d’un pôle public de l’énergie. Le droit d’accès à l’énergie doit être inscrit dans
les droits fondamentaux garantis de la constitution française, que des tarifs régulés soit instaurés
pour toutes les énergies et que la TVA soit abaissée à 5,5% contre 20% actuellement afin que
l’énergie soit considérée comme un bien de première nécessité et non comme un bien de luxe.

Documents à télécharger

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr