Montpellier : une rentrée militante

Montpellier : du sang neuf qui n’arrête pas l’hémorragie...

A Montpellier, l’après midi du 2 septembre, comme le veut la tradition, la directrice régionale des finances publiques (DRFiP) accueille les agents nouvellement mutés dans le département : 63 avaient répondu présents, sur 83 attendus.

Devant ses nouveaux « collaborateurs », avec la traditionnelle présentation des services de la direction, des habituelles statistiques diverses et variées, elle a confirmé le fort dynamisme démographique du département (arrivées régulières de seniors, jeunes et familles) et ce dans une région ou la situation économique est très dégradée (taux de chômage entre autre, supérieur à la moyenne nationale : la misère est plus belle au soleil ?).

Il est à noter que la dynamique démographique des personnels des Finances Publiques du département suit, elle la pente inverse.

Aux Finances Publiques, 1576 agents très précisément travaillent sur 23 sites géographiques différents, et dans 38 postes de services. Béziers, Lunel, Montpellier et Sète sont les sites les plus importants ; D’autres sont encore implantés dans des zones plus centrales ou rurales, comme Bédarieux, Ganges, Lodève, Saint Pons.

Pour sa part, la CGT Finances Publiques du département fait le constat que de nombreux agents vivent de la ville et non pas à la ville (loyers trop élevés en ville, besoin de calme, d’espace, de campagne, d’une certaine qualité de vie qu’ils ne retrouvent plus dans les « grandes » villes du midi.

Alors, peut être que les postes ou services dit ruraux ou réputés fragiles seront demandés avec les nouvelles possibilités de mobilité offertes dès l’année prochain aux agents B et C !?

Une rentrée...à reculons !

Toujours est- il que cette rentrée 2014 est morose, les personnels après des congés « ô combien bénéfiques, indispensables, même si nombreux sont cette année ceux qui sont resté chez eux », n’ont pas envie de reprendre le travail. Mais, c’est souvent le cas et puis, une journée ou deux et voilà, c’est reparti !!! Et bien non ! Cette année c’est une bonne semaine qui a été nécessaire pour accepter, à nouveau les tâches prioritaires, les plus urgentes, les moins urgentes mais urgentes quand même, l’accueil, etc....Et l’on entend parler de « maison de fou », de missions qui s’empilent, peu ou mal faites alors que tout s’entasse !!

Et la ZUS, zut !

Et la, ça craque : les agents en poste sur Montpellier La Paillade, un Centre des Finances Publiques classé en zone urbaine sensible (ZUS) se réveillent et bousculent la direction sur ce même dossier des « ZUS ».

Dans l’Hérault, 3 centres des Finances Publiques sont situés dans une de ces Zones urbaines Sensibles : Béziers, Lunel et Montpellier La Paillade. Cette inscription des centres dans ces zones géographiques permet, pour « atténuer et reconnaitre » les difficultés particulières du métier d’attribuer selon un décret de 1995 un avantage spécifique d’ancienneté.

450 dossiers ont été déposé auprès de la direction locale, au bout d’un an... 20 ont été traités !

On comprend alors l’impatience des agents.

La CGT Finances Publiques est bien entendu intervenue fortement et à plusieurs reprises, tant auprès de sa direction départementale que du délégué inter-régional, la situation semble figée ; Une action est donc envisagée avec les personnels avec une exigence forte : tous les dossiers doivent être étudiés avant le 31/12/2014 et les carrières reconstituées (rappelons que le décret date de....1995 !)

En effet, le traitement de ces dossiers permettrait à certains des personnels concernés de changer très rapidement d’échelon, d’envisager une promotion plus rapide, une mutation, et à terme une retraite plus correcte....Mais, inexplicablement, ça traine, l’impatience et la colère montent et la « compréhension » des personnels a atteint ses limites.

Échanger, débattre : les syndiqués au cœur de l’action

La section CGT a fait le choix d’organiser son assemblée générale le 9 octobre ; Nul doute que ce sujet, sensible, y sera évoqué. Le but affiché est bien de permettre aux syndiqués de s’exprimer, de leur donner la parole la plus large et ouverte possible : que sont-ils prêts à faire face aux attaques incessantes, comment souhaitent-ils s’insérer dans la campagne des prochaines élections professionnelles. Déjà de jeunes syndiqués s’impliquent fortement dans cette campagne, notamment en matière de communication, mais également dans la vie de la section.

Peut être est-ce un des premiers résultats de l’implication de la section dans la formation syndicale, qui a été une priorité et qui le restera pour 2015.

Travailler collectivement, faire vivre l’activité syndicale, rencontrer et débattre avec les syndiqués et les collègues le plus souvent possible, construire ensemble l’action syndicale restent la feuille de route de la CGT DRFiP 34.

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr