Offensifs !

Non, Monsieur le Président de la République, la crise financière n’est pas derrière nous ! Les causes ne sont ni régulées, ni jugulées, comme vous venez de le déclarer ! Cette crise du système capitaliste, c’est aujourd’hui une crise économique, sociale et écologique d’une rare violence.

à Bercy et dans les établissements économiques et financiers, l’objectif est de continuer à réduire les emplois avec pour conséquences une dégradation sans précédent des conditions de travail, une accumulation des risques psycho-sociaux et une dégradation avérée des services aux populations.

Il faut changer de cap ! C’est ce que nous avons dit au Ministre de l’Économie et des Finances lors de l’audience du 30 mai dernier. Notre message a été clair : cette politique est indigne d’un gouvernement de gauche !

Mais, au-delà du sentiment d’une immense majorité de nos collègues, la fédération des Finances a rappelé ses analyses et ses propositions qu’elle avait déjà déposées lors de la première entrevue en juillet 2012.

Oui, il faut une vraie réforme fiscale et aussi maintenir des emplois qualifiés en lien avec des outils juridiques efficaces pour lutter contre la fraude fiscale.

Oui, il faut un autre financement de l’économie et la France peut porter une profonde réforme de la politique monétaire et du crédit ayant pour objectif : l’emploi !

Oui, il faut construire un véritable un pôle financier public doté des moyens à la hauteur des enjeux. Nous doutons fort que la Banque publique d’investissement (BPI) en soit les fondations. D’autant plus quand son directeur général indique vouloir « exclure du financement de la BPI les entreprises en difficulté ».

Oui, il faut cesser les plans de démantèlement des établissements du secteur semi-public économique et financier. Il est inacceptable que le ministre de l’économie ait validé le plan de restructuration du gouverneur de la Banque de France alors que, entre autres missions, la médiation du crédit a préservé 295.000 emplois.

Oui, il faut maintenir les effectifs et veiller aux conditions de vie et de travail des agents des finances.

C’est pourquoi, offensifs, nous proposons dès maintenant, dans l’unité, la préparation de grands rapports de force pour que le Gouvernement change de cap !

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr