• Accueil
  • Actu
  • Il faut agir pour refuser l’austérité et

Il faut agir pour refuser l’austérité et gagner une autre répartition des richesses

L’austérité, partout, pénalise le plus grand nombre (salariés, retraités et privés d’emploi), épargne les plus riches et la finance et empêche la croissance économique et l’emploi.

La crise de la dette publique vient des choix politiques et pas des salariés. C’est pourquoi la CGT s’est engagée pour exiger un audit citoyen de la dette publique.

Il faut stopper cette spirale infernale qui nous entraîne à coup sûr dans une récession économique.

À la botte des agences de notation et des marchés financiers,
G8, G20, sommets européens ordinaires et extraordinaires,
uniformisent les mesures d’austérité à prendre dans chaque pays produisant les mêmes effets désastreux pour les peuples.
Mais si le système peut faire sauter les dirigeants des pays, les peuples restent en place et doivent organiser durablement
la riposte.

C’est le rôle du syndicalisme de permettre aux salariés de s’exprimer. Depuis la rentrée, les mobilisations se multiplient
en Grèce, Portugal, Ecosse, Italie, Espagne, Hongrie, Pologne,
France… et d’autres sont programmées :

• 24 novembre, grève générale au Portugal ;
• 30 novembre, grève de la Fonction publique au Royaume-Uni ;
• 30 novembre, action coordonnée au niveau européen à l’appel de la Fédération européenne des services publics ;
• 8 décembre, sur les services publics en Italie.

Après le 11 octobre en France avec 300 000 manifestants pour un autre partage des richesses, la mobilisaton est urgente au regard des plans de rigueur qui se succèdent et des annonces quasi quotidiennes de nouvelles mesures satisfaisant pleinement le Medef.

Le Président Sarkozy, s’érigeant en garant et protecteur du modèle social français, trompe les citoyens en affectant la fraude aux salariés prônant ainsi la division et l’exclusion.

D’après l’administration, 1 % des allocataires seraient en fraude pour 458 millions, mais le Président ne dit rien sur les 15 milliards de fraude des entreprises.

Il met en acte sa récente déclaration sur « l’opportunité que représente la crise pour mener des réformes de fond qui seraient impossible dans un autre contexte », remettant en cause notre modèle social.

Les moyens existent pour une autre répartition des richesses créées par les salariés qui supportent 80 % du financement
des mesures de rigueur annoncées.

Dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, la mobilisation doit se réaliser pour gagner sur l’emploi et les salaires, la protection sociale, la reconquête des services publics et de l’industrie. Il faut remettre l’économie au service de l’humain !

Documents à télécharger

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr