Logo du site

Article publié le 11 juin 2017.

Silence dans les rues ! Ou l’état d’urgence détourné pour restreindre le droit de manifester :

155 manifestations interdites en 18 mois, une tous les 3 jours environ, 595 interdictions individuelles de manifester ordonnées par les préfectures françaises, c’est le bilan provisoire de la mise en place de l’état d’urgence au prétexte de la lutte contre le terrorisme !

C’est le triste bilan que dresse un rapport qu’Amnesty international France vient de publier.

  1. Usage disproportionné et arbitraire de la force
  2. confiscation de produits et matériels de premiers secours
  3. pratiques policières contestables
  4. journalistes intimidés et violentés

La liste est longue des « erreurs » commises par les forces de l’ordre françaises, par ailleurs épuisées, mal formées.

Les autorités ont pour responsabilité première de protéger tous nos droits fondamentaux, y compris le droit de manifester, indispensable à la liberté d’expression.
Pourtant, ces droits sont de plus en plus souvent présentés comme secondaires, voire comme des menaces qu’il faudrait donc limiter.

C’est le triste bilan que dresse un rapport qu’Amnesty international France vient de publier.
Usage disproportionné et arbitraire de la force
confiscation de produits et matériels de premiers secours
pratiques policières contestables
journalistes intimidés et violentés

pour en savoir plus :
https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression

Retour en haut