• Accueil
  • Actu
  • Sirhius ou la déchéance des outils (...)

Sirhius ou la déchéance des outils de gestion des personnels

Au mois d’ Avril dernier la cour des comptes adressait un référé aux ministres Sapin et Eckert au sujet du déploiement de Sirhius. Système d’information des ressources humaines, il est censé remplacer les applications informatiques des différentes directions des ministères économiques et financiers. Le but est également de regrouper les services « ressources humaines » en une dizaine de centres de service en ressources humaines (CSRH).

L’objectif revendiqué de cette industrialisation des tâches des gestion des personnels : des centaines d’emplois supplémentaires de supprimés. La cour des comptes regrette la lenteur du déploiement de Sirhius et des CSRH (la décision ayant été prise en 2006), et surtout que la DGFIP n’ait pas encore basculé.

Plusieurs directions ont mis en place des CSRH ces dernières années : Insee, Douane, CCRF... Nous avons donc une petite idée des conséquences de cette nouvelle organisation. A chaque fois, la mise en place de Sirhius et du CSRH a entraîné les mêmes conséquences. Un sous-effectif structurel, le but de la manœuvre étant de supprimer des postes en intensifiant les tâches. A cela s’ajoute un logiciel inadapté obligeant à des opérations manuelles incessantes. A tel point qu’il arrive que la paye des agents soit en danger, ou les avancements non pris en compte.

Une nouvelle fois, une réforme dont le seul but est de supprimer de l’emploi, (tout en étant généreux avec les prestataires privés), dégrade les conditions de travail, la qualité de service rendu et empêche les personnels de bien faire leur travail. Aujourd’hui, la situation est telle au sein du CSRH de la Douane à Bordeaux que les agents envisage des grèves avec occupation des locaux à la rentrée !

Dans leurs réponses aux observations de la Cour des comptes, le 23 juin nos ministres l’ont-ils informé de ces difficultés ?

Bien sûr que non, tout va bien et ira de mieux en mieux : Sirhius, et les CSRH seront déployés intégralement d’ici 2019. Nos ministres reconnaissent que : « (…) l’essentiel des gains relatifs au projet ministériel Sirhius est conditionné par les évolutions d’organisation résultant du déploiement des CSRH. L’évaluation de ces gains repose (…) sur un dimensionnement des CSRH basé sur une norme de productivité, ce qui constitue un net progrès par rapport à la situation antérieure ». Les collègues des services des « ressources humaines » apprécieront !

Les suppressions d’emplois, seul et unique objectif de cette réforme, sont chiffrées à près de 600 et les conséquences sont connues : dégradation de nos conditions de travail, dégradation du service rendu.

C’est pourquoi la fédération des Finances CGT s’est prononcée, à plusieurs reprises ces dernières années, pour une suspension du dispositif CSRH et pour une reprise en main par l’administration de l’ensemble du dossier.

En effet, la délégation au secteur privé de la mise en œuvre des progiciels informatiques induit une structuration de l’organisation et de la gestion des personnels particulièrement peu efficace et absolument pas humaine et infiniment plus couteuse.

Pour la CGT, la gestion des personnels doit se faire au plus près des agents. En effet, il est important, compte-tenu de la variété des situations dans lesquelles peut se trouver chaque agent au cours de sa carrière, que les services du personnel puissent les anticiper pour éviter d’amplifier des difficultés financières et personnelles. Les outils informatiques utilisés pour ce faire doivent répondre à des normes de qualité et de fiabilité importantes qui ne sont jamais atteintes par les entreprises privées auxquelles le ministère et les directions ont recours.

Suite aux dysfonctionnements majeurs et pathogènes observés, nous demandons une mise à plat du dispositif Sirhius, avec une forte internalisation de la programmation informatique et un changement complet de logique de fonctionnement des CSRH, avec pour objectif la mise en œuvre d’une réelle proximité avec les agents.

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr