Groupe de travail du 31 janvier 2008 sur la fusion : Déclaration de la Cgt sur les conditions de travail

En préalable, et suite aux réponses faites mardi 29 janvier 2008
par le ministre sur l’emploi, nous voulons d’abord souligner
qu’aborder la question des conditions de travail en la dissociant
de celle du volume de l’emploi nous paraît de la plus
grande absurdité tant le lien entre ces deux questions est indissociable.
En tous les cas, les agents qui subissent, depuis des
années déjà, restructurations et régression des effectifs, savent
d’expérience concrète que ce lien est particulièrement fort.

Pour la CGT, cette question de l’emploi constitue donc
un point d’entrée majeur pour aborder ce dossier des
conditions de travail.

Nos revendications en la matière portent sur un niveau
d’emplois dans les services permettant à chaque agent
d’accomplir son travail dans des conditions décentes.

Concrètement, cela appelle à conjuguer :
- charge de travail équilibrée,
- maîtrise de l’activité professionnelle,
- temps nécessaire pour des travaux de qualité, pour la
formation professionnelle pour l’intervention sur
l’organisation du travail,
- possibilité d’épanouissement dans son travail,
- reconnaissance des qualifications.

La question des réformes elles mêmes, de leur philosophie
et de leurs objectifs, est le deuxième point qui
impacte les conditions de travail. Le projet de fusion
DGI-DGCP n’échappe pas à la règle, marqué qu’il est
par la volonté d’un recul de la place de l’Etat, de la
recherche d’économies d’échelle et du dogme de la
réduction des coûts.

Le ministre a indiqué mardi que la fusion confirme le
périmètre des missions dans le cadre administratif actuel.

Si tel est le cas, traiter des conditions de travail appelle
de mener un débat contradictoire sur le contenu des
missions et leurs conditions d’accomplissement.

Nous considérons, pour notre part, que de bonnes
conditions de travail peuvent être un des supports déterminants
de la construction de réformes visant à mieux
satisfaire les besoins des citoyens et de la société, à
l’image du projet que la CGT porte.

A l’inverse du mythe de la performance individuelle, nous
pensons que de bonnes conditions de travail sont un
élément dynamique de l’efficacité des services.

Les méthodes de pilotage des services constituent le
troisième point d’impact fort sur les conditions de travail
des personnels. Depuis des années, nos responsables
d’administration s’évertuent à nous convaincre du
bienfait de ce type de management, soulignant « qu’ un
indicateur n’est pas un but en soi, qu’il n’est qu’un outil
pour progresser dans ses ambitions et se fixer des
priorités. »

Dans la réalité, c’est une toute autre démarche qui sévit.
Elle se traduit à tous niveaux par des pressions intenses
et répétées sur les individus par une chaîne hiérarchique
où l’autoritarisme prend une place prédominante. On
sait ce que cela génère de souffrances aux effets parfois
dévastateurs sur les personnes.

La CGT porte une toute autre logique fondée sur le
respect absolu des individus, sur le droit d’intervention
directe des personnels dans la réalisation des missions et
l’organisation du travail.

Elle appelle aussi un rôle nouveau de l’encadrement qui
allie pilotage et soutien technique aux agents et qui,
contrairement au concept de performance, n’oppose pas
dynamique collective et investissement individuel.

Ces trois éléments, emploi, nature et objectifs des
réformes, pilotage des services ont déjà, isolément, des
impacts lourds sur les conditions de travail mais aucun
n’est étranger à l’autre et ils ont une forte cohérence.

Sans négliger pour autant les aspects « cadre de travail »
et « santé/sécurité », dans un contexte où la fédération
CGT et ses syndicats ne cessent de vous interpeller sur la
grave problématique de la santé au travail lié à la
présence d’amiante dans de nombreux locaux, nous
considérons que c’est sur ces trois éléments qu’il faut
agir simultanément si l’on veut y traiter vraiment le
dossier des conditions de travail dans sa globalité.

Montreuil le 4 février 2008

Documents à télécharger

Nous contacter

Fédération des Finances CGT
263 rue de Paris - Case 540
93514 Montreuil cedex
Tel : 01 55 82 76 66
contact@cgtfinances.fr