Logo du site

Article publié le 1er décembre 2016.

Union fédérale des retraités : offensifs et déterminés

80 délégué-e-s de la deuxième conférence de l’Union fédérale des retraités CGT des Finances (Bercy et Etablissements semi-publics économiques et financiers), se sont réunis les 29, 30 novembre et 1er décembre à La Rochelle.
Ils appellent à la mobilisation face à la gravité de la situation économique et sociale et plus encore face aux sombres perspectives d’avenir et les menaces que représentent les programmes de casse sociale de certains candidats à l’élection présidentielle 2017. Ils s’engagent à mobiliser pour mettre en échec ces projets mais aussi pour gagner de nouvelles conquêtes sociales 80 ans après celles du Front Populaire et 70 ans après la création de la Sécurité Sociale.

Ils appellent à combattre l’idéologie en cours qui oppose les retraité-es aux jeunes, les générations entre elles, les immigrés à la population… Les retraités ne sont ni privilégiés, ni favorisés, mais sont une formidable valeur ajoutée pour l’ensemble de la société ; un grand nombre d’entre eux est paupérisé du fait de la faiblesse des pensions. Ils ont subi depuis 25 ans 30% de perte de pouvoir d’achat : ça suffit ! C’est pourquoi ils ont développé de grandes revendications :

Retraites, pouvoir d’achat : l’Union Fédérale des Retraités exige l’indexation des pensions sur l’évolution des salaires, le retour de la péréquation, le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat et le retour de la revalorisation des pensions au 1er janvier.

Protection sociale : le droit à la santé pour tous est un droit fondamental, les dépenses de santé sont une priorité. Notre pays en a les moyens ! L’UFR revendique une sécurité sociale prenant en charge 100% des dépenses de santé (et non le transfert actuel vers les mutuelles), incluant la prise en charge de la perte d’autonomie, la suppression de la CASA (contribution additionnelle à la solidarité à l’autonomie). Avant d’y parvenir, l’UFR exige la prise en compte des revendications des actifs et des retraité-es lors de la renégociation du référencement pour la protection sociale complémentaire aux Finances. Elle exige, à partir des besoins humains et sociaux, une meilleure participation du Ministère et/ou des établissements du secteur semi-public pour permettre une réelle prise en charge et une amélioration des prestations.

Droits sociaux : à Bercy, comme dans les établissements semi-publics, les budgets attribués à l’action sociale ne cessent de se réduire alors que les besoins ne cessent de grandir. La CGT exige que la dotation sociale représente 3% de la masse salariale des actifs et 3% du volume des pensions de retraite.
Plus proches des retraités : l’UFR a décidé de mieux structurer son activité dans chaque département afin d’être, avec les Unions Syndicales des Retraités CGT, encore plus en phase avec les préoccupations et les revendications des retraités et de faire aussi des actions de formation et d’agir pour riposter de façon efficace aux thèses les plus réactionnaires.

Offensifs et déterminés : les plus grandes conquêtes sociales ont été gagnées quand le mouvement syndical était fort et uni. L’UFR s’engage à créer toutes les conditions d’unité et donc d’efficacité avec l’ensemble des organisations syndicales de retraités des Finances.

Ensemble, avec les actifs, l’UFR défend le code des pensions et les dispositions du statut général de la Fonction publique.

  • Ensemble, unis et solidaires, nous répondrons présents :
  • Présents partout, dans les départements, pour lutter et gagner des moyens pour toutes et tous, pour vivre dignement.
  • Présents partout, pour construire ensemble, maintenant et demain, un monde de justice sociale pour lequel nous luttons.

La Rochelle, le 1er décembre 2016

Retour en haut