Logo du site

Article publié le 24 mai 2017.

Un audit sur la sûreté dans les services du ministère des Finances

Bercy vient de présenter la mission d’audit portant sur les dispositifs de sûreté mis en œuvre dans les réseaux du ministère de l’économie et des finances.

La CGT a demandé, et obtenu, la possibilité de faire part des revendications des personnels sur ces questions par écrit, et d’être auditionnée par la mission avant la remise du projet de rapport.

Nous sommes d’ores et déjà intervenu sur le périmètre de l’audit demandant que la CCRF et les territoires ultra-marin y soient inclus, ce qui n’est pas le cas dans la lettre de mission.

De même, nous avons demandé à ce que la mission soit attentive à ce qui se passe sur le site de Bercy où une réforme du service chargé de la sécurité va conduire à la dégrader.

Il nous a été répondu que les problématiques concernant les agents de contrôle CCRF rejoignent naturellement celles des autres administrations de Bercy, et que les territoires d’outre mer ayant des problématiques propres, ils ne pourraient pas être abordés.

De même, il nous a été précisé que le site du ministère n’entrait pas dans le périmètre de la mission, même si ce qui s’y passe n’est pas déconnecté de l’objet de la mission.

La CGT a pointé quelques premiers grands thèmes qu’elle veut voir abordés par la mission.

Les conditions d’accueil du public qui ont été dégradées à la fois par le sous-effectif chronique et aussi par la fermeture de services qui ont concentrés les flux d’accueil.

Cela a abouti à des engorgements sources de tension, et donc de risque pour les agents et les contribuables, de plus les regroupements de personnes dans de longue files d’attentes sont contraires aux consignes Vigipirate.
La solution c’est plus de lieux d’accueil et plus d’agents pour moins d’attente et un meilleur service rendu dans de meilleures conditions.

La suppression de présence physique en dehors des heures d’ouvertures.
En effet, la suppression des emplois de gardiens-concierges a dégradé la surveillance des locaux en dehors des heures d’ouverture. Les alarmes sont moins efficaces qu’une présence humaine. De même la sous-traitance par des entreprises de gardiennage privées n’est pas la solution car il faut limiter les intervenants extérieurs.

La CGT adressera dans les semaines qui viennent une note globale reprenant nos propositions pour améliorer la sûreté, amélioration qui ne peut passer que par une amélioration des conditions dans lesquelles est rendu le service public.

Retour en haut