Logo du site

Article publié le 14 février 2012.

Pour les amiantés du Tripode (Nantes), les blocages continuent

AMIANTE TRIPODE BEAULIEU : CONFERENCE DE PRESSE


- Les représentants CGT CFDT FO SOLIDAIRES au Comité d’Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail Départemental -Ministères Économique et Financier (MEF)
- Les représentants CGT CFDT FO UNSA au Comité d’Hygiène et de Sécurité et Conditions de Travail - Ministère des Affaires Étrangères et Européennes
- Les syndicats CGT CFDT FO UNSA du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes
- Les syndicats CGT CFDT FO SOLIDAIRES des Finances Publiques
- Les syndicats CGT CFDT FO de l’INSEE

Le 27 février 2012 marquera le 7e anniversaire de la destruction du Tripode.

En 2011, après une phase de blocage, les 1800 agents exposés de l’Insee, du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, du Trésor Public et du restaurant administratif se voyaient enfin promettre des reconnaissances de maladies professionnelles facilitées et un suivi médical par scanner.

Mieux, Bercy reconnaissait enfin l’impact qu’a eu l’exposition à l’amiante sur la santé et la vie des personnels exposés. L’étude épidémiologique Sépia dénombrait environ 5 % de plaques pleurales sur les premiers scanners réalisés et constatait une surmortalité par tumeur ainsi que des syndromes respiratoires accrus par rapport à nos collègues des Finances Publiques.

A l’automne 2011, chaque agent du Tripode recevait enfin de son administration un courrier l’informant qu’il allait bénéficier d’une visite médicale et d’un scanner tous les 5 ou 6 ans selon son exposition. Nous pouvions espérer enfin un déblocage de décisions actées… en 2009 !

Depuis, rien !

Pourtant, plus de la moitié des anciens du Tripode est, de fait, exclu du suivi médical.

Il est vrai que la précédente campagne de scanners a mis en lumière les dégâts de l’amiante et généré des demandes de reconnaissance de maladies professionnelles.

Se trouve-t-on devant un calcul cynique : pas de suivi, pas d’indemnisation ?

L’intersyndicale ne laissera pas oublier que le suivi médical est un droit pour les actifs et les retraités et exige la mise en place immédiate de ce suivi.

L’Intersyndicale s’adressera aux candidat(e)s à la Présidence de la République et aux candidats députés et sénateurs de la région pour obtenir leur soutien :

  • pour un suivi médical sérieux et la mise en place de la 3ème étude épidémiologique préconisée par la Haute Autorité de Santé ;
  • pour une reconnaissance du site Tripode en site amianté, garantissant ainsi aux personnels malades l’accès à la pré-retraite amiante.

Si rien ne vient, nous agirons !

L’Intersyndicale vous invite à une conférence de presse lundi 6 février à 11H au local syndical INSEE 105 rue des Français Libres 44200 Nantes

Contacts :

  • Francis Judas : 02 40 41 79 20 ou 06 80 73 40 33
  • Yvon Kerhervé : 02 40 99 90 18 ou 06 84 50 27 33

http://www.les-amiantes-du-tripode.fr

Retour en haut